12 décembre 2018

S’alimenter avant et après l’entraînement : d’une importance capitale !

En cet été caniculaire qui bat son plein, il est d’autant plus important d’aborder le sujet de l’alimentation avant et après l’entraînement. En plus de vous conseiller de redoubler de prudence quant à l’intensité de vos efforts, on vous recommande fortement de vous alimenter adéquatement… particulièrement lorsque la chaleur atteint des niveaux inégalés ! Voilà quelques conseils alimentaires à suivre afin de profiter pleinement des bienfaits de votre entraînement.

1) Manger avant l’entraînement : oui ou non ?

Avant de partir pour une longue ballade en voiture, vous viendrait-il à l’idée de ne pas faire le plein d’essence ? Non. Eh bien, le même raisonnement s’applique avant un entraînement. Puisque la demande énergétique est accrue, raison de plus pour manger les bons aliments avant de fournir un effort physique important. Par contre, il faut éviter les aliments trop élevés en gras et en fibres afin de prévenir les troubles digestifs (éructations, haut-le-cœur, etc.) et gastro-intestinaux (ballonnements, etc.). De plus, abstenez-vous de boire trop de liquide avant votre sortie.

2) Manger avant l’entraînement : oui, mais quels aliments ?

Les aliments sont LA source énergétique par excellence qui maximise votre performance à l’entraînement. L’énergie est fournie par trois types de substances que l’on doit retrouver dans votre alimentation : les glucides, les lipides et les protéines.

Les glucides sont la meilleure source d’énergie pour fournir un effort maximal. On les retrouve dans les produits céréaliers, les fruits, les légumes et les produits laitiers. De plus, ils contribuent grandement à l’amélioration de la concentration.

Les lipides, eux, servent au transport des vitamines qui se dissolvent dans les corps gras (vitamines A, D, E et K). Les matières grasses (huiles, beurres, etc.), les viandes et substituts ainsi que les produits laitiers en contiennent beaucoup.

En dernier lieu, les protéines servent au développement et à la réparation musculaire, favorisent la préservation d’un bon système immunitaire tout en procurant de l’énergie sur une plus longue période. Les œufs, les poissons, les légumineuses et le tofu sont des aliments à forte teneur en protéines.

3) Bien s’alimenter pour mieux performer

Le type d’entraînement, la durée de même que le temps alloué entre les repas et la séance d’activité physique influencent vos choix alimentaires.

Avant un entraînement, évitez les aliments contenant beaucoup de sucres ajoutés (bonbons, biscuits, miel, etc.) et de matières grasses. Les sucres dits « simples » contribuent à la variation du glucose sanguin favorisant ainsi les baisses d’énergie. Aussi, les aliments choisis doivent être facilement digestibles.

4) Bien s’alimenter après l’entraînement

Si vous ne le saviez pas encore, il est impératif de manger dans les 30 minutes suivant la fin d’un entraînement. Durant cette courte période, le corps est plus enclin à absorber efficacement les aliments. Ainsi, la restauration énergétique et la réparation des dommages musculaires se réalisent de manière optimale.

Une collation renfermant une bonne quantité de liquide favorise la réhydratation. Ce goûter doit aussi contenir une grande quantité de glucides et de protéines… et quel est l’aliment par excellence qui remplit tous ces critères ? Le lait au chocolat ! Cette collation simple, efficace et économique répond à toutes les conditions nécessaires pour redynamiser votre corps.

Évidemment, tout cet apport alimentaire sera optimisé par une bonne hydratation avant, pendant et après l’entraînement… particulièrement en cet été accablant ! Bon entraînement !

Rédaction : Salon EPS

Réservez votre place au salon

S'inscrire à l'événement